Twitter veut du bien à votre anglais

Bref échange sur Twitter : je lis les diffusions de BloggingTipsCom ; l’auteur a demandé à ses abonnés quel était l’aspect le plus difficile de l’activité blogueuse. Après avoir remercié collectivement ses correspondants de leurs réponses, il a concocté un billet pour les commenter à son aise. La politesse et la cordialité s’inscrivant dans la stratégie commerciale, à mon tour, je me suis empressée de manifester ma gratitude à l’auteur par Twitter.

Que croyez-vous qu’il répondit ? « You’re welcome » ? Ou encore le visqueux « my pleasure« , le familier « np » pour « no problem« , un consternant « that’s ok« , voire un simple « yeah » ? Non, mon interlocuteur possède un tantinet plus de classe :

BT vers moi

Ici.

Réaction impeccable. La réplique idoine. Nous sommes deux personnes se connaissant peu, vaguement collègues par occasion, devisant sur le Net ; ni dans une soirée entre potes, ni dans une cérémonie protocolaire.

Je vous en rajoute une couche au passage sur les formules « thank you » et les réponses possibles. A tempérer toutefois selon les variables géographiques et culturelles – écueil inévitable au regard du nombre d’anglophones. Même si, en contexte informel, les maladresses ne prêtent guère à conséquence, la connaissance étendue et renouvelée chaque jour des codes sociaux permet d’appréhender les nuances de ces échanges. Si, par mél commercial d’entreprise à entreprise, mon interlocuteur me répondait « no sweat » ou, à l’inverse, une politesse exagérée, je risquerais fort d’en conclure qu’il se paie ma tête !🙂

J’en profite pour rebondir en insistant par ce billet sur une situation typique où s’illustre la variété des supports par lesquels s’imprégner d’une langue et en absorber les formulations usuelles. A titre personnel, les jeux vidéo en ligne participent à l’entretien de mon anglais – je consulte aussi des ressources plus sérieuses mais là n’est pas mon propos. En effet, le principe même de ces interfaces consiste à interagir avec les gens, lesquels bien souvent papotent en anglais sur les forums, les niouzlaiter, les blogs, le vocal ou le système de messagerie instantanée du jeu. A défaut de tournures élégantes, le lecteur digère un style de tous les jours ; par là même, il tisse une affinité naturelle, tremplin pour porter ensuite son apprentissage vers des contenus plus complexes. Pourquoi apprendre ne serait-il pas ludique ?

***

PS : mon Twitter se trouve sur http://twitter.com/Transtextuel

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :