Quand une bourde de traduction se hisse au rang des légendes

Parmi les phénomènes internet imputables aux geeks, citons les lolcats. De messagerie en forum, de liste de diffusion en nymelle, ces bestioles flanquées d’une légende à l’orthographe volontiers fantaisiste se sont glissées dans toutes les tanières de gamers.

Pas content, hein ?

Pas content, hein ?

Si la lassitude gagne les assidus, il n’en va pas de même parmi les moins initiés, au point que ce passe-temps sans prétention entre amateurs de pixels est devenu depuis belle lurette une opération commerciale.

Les lolcats – du moins les plus anciens – reflètent certaines allusions à des jeux vidéo (ici ou ici), à des joueurs célèbres (ici) et bien entendu à des références courantes, dont par exemple Dune, Matrix ou Star Wars.

En l’occurrence, concernant Star Wars, l’illustration de ce billet présente l’amusante caractéristique de miser doublement sur la culture geek : au lolcat se superpose une célèbre bourde de traduction qui a enchanté les spectateurs d’une version pirate du film. La quintessence d’un amateurisme frisant le chef-d’œuvre dans la catégorie « traductions créatives » se résume dans l’expression devenue mythique « do not want« . Je vous renvoie à cet excellent article décortiquant la genèse de cette légende à la postérité inattendue : des centaines, milliers, millions d’images et de plaisanteries autour de ces trois petits mots. Regrettable absence de droits d’auteur () : les estimables lettrés à l’origine de cet engouement, suivant la vocation du traducteur toujours discret, demeureront dans l’ombre de leur atelier tandis que le fruit de leur labeur continue de se répercuter sur la Toile, à la liesse des internautes.

Darth Vador alias Daxi Weida alias Reaching the west of reaches pouvait-il rêver d'un tel succès ?

Darth Vador alias Daxi Weida alias Reaching the west of reaches pouvait-il rêver pareil succès ?

A quand une décoration en hommage au « traducteur » inconnu ? (si vous avez des suggestions quant à sa matérialisation, envoyez… )

Un commentaire pour Quand une bourde de traduction se hisse au rang des légendes

  1. Laurent dit :

    Merci pour ce billet instructif, je me sens moins bête et je peux désormais rire un peu plus devant chaque LOLcat que ma route croisera (en plus des miens, parce qu’ils sont vraiment, mais alors vraiment « lol » !)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :