Vouloir-dire et savoir-dire se rencontrent autour d’une galette

A force d’arpenter la foultitude des sites évoquant le statut d’indépendant ainsi que ceux offrant des missions pour freelance, y compris du côté des informateux (du genre Scriptlance, avec son Twitter : wahm_job_leads), je finis par constater une demande élevée de rédacteurs  qualifiés pour alimenter des blogs commerciaux, histoire de rameuter le chaland. Foin de bénévolat, il s’agit de véritables contrats :  livraison  d’articles contre rémunération, sous des conditions à examiner au cas par cas. Cette marée de vouloir-dire n’attend que d’emporter sur la vague ceux qui détiennent connaissances, plume  affûtée et temps à revendre.

Fatal disclosure : jaime les lolcats.

Fatal disclosure : j'aime les lolcats.

Ce profil me semble bien coller à celui du traducteur : le cœur du métier, c’est le savoir-dire.

D’une part, maints traducteurs possèdent un bagage sur un domaine spécialisé voire plusieurs. Au gré  des formations et des contrats, on absorbe des connaissances plus ou moins pointues sur les moteurs des pétroliers, les approches en mosaïque, les produits financiers neufs, les mouvements sociaux aux États-Unis (ou que sais-je encore), ce qui développe une certaine sensibilité, un éveil même superficiel envers le thème en question. Il n’y a pas  là matière à s’improviser maître de conférences, mais du moins  chacun nourrit-il ainsi certaines expertises, qui s’allient à merveille aux stratégies pour s’informer. En outre, hors du cadre professionnel, nous sommes aussi des gens normaux (à divers degrés du moins) avec leurs centres d’intérêt propres : sport, activité manuelle, club artistique, loisirs personnels ou associations. Les secteurs ne manquent pas où il fait bon s’investir pour s’aérer l’esprit et s’offrir des instants enrichissants.  Même sans arrière-pensée commerciale quant à ces goûts, il n’en demeure pas moins qu’il s’agit là d’un patrimoine vivant de connaissances et de linguistique.

D’autre part, la spécialité du métier consiste à comprendre les idées, les organiser, les reformuler, les adapter au lectorat et emballer cette démarche dans le style adéquat pour produire un résultat informatif, clair et agréable.  La technique et l’expérience encadrent une dimension de créativité chez le traducteur (et votre lapalissade, je vous l’assaisonne comment ?). Ce n’est pas pour rien que l’ESIT encourage ses élèves à valoriser leurs connaissances et leur enseigne comment rédiger une synthèse ou un résumé selon divers styles. Se frotter à des domaines variés confère une souplesse de pensée et d’écriture d’autant plus agile qu’on élargit ses champs d’exploration, depuis les articles spécialisés de la presse économique jusqu’aux bavardages entre amoureux du théâtre. On n’anticipe pas toujours les sentiers où mènera une « saine »  (mot à tiroirs) curiosité

Comme la perspective de ce filon me sourit personnellement et qu’elle me semble s’inscrire dans le cadre des compétences du traducteur, je souhaitais partager cette réflexion avec mes collègues lecteurs, voire écouter des expériences, informations, trouvailles ou même, qui sait ? inspirer des initiatives sur ces rencontres fructueuses sur tous les plans entre vouloir-dire et savoir-dire. Vos commentaires sont bienvenus !

Réserve : J’ignore la législation concernant la rédaction de blogs commerciaux en France, d’ailleurs je ne demande pas mieux que la connaître. N’hésitez pas à m’envoyer des pistes.

Edit 4 avril : attention, domaine piégé, réfléchir avant d’accepter un contrat. Lire la polémique.

Edit 8 avril : hop-là, du boulot.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :