Ouverture de la chasse au job : déployez vos filets

La chasse aux contrats est ouverte ! Et à longueur d’année, de surcroît.

L’an passé, l’ANPE locale m’avait renvoyée au centre Boucicaut (123 av. Félix Faure, Xvè ; L-V, de 9 à 17h) car spécialisé dans les métiers des langues. Le dévoué serviteur de notre glorieuse mère patrie n’a pas lésiné sur les paperasses et guides, mais surtout il disposait d’un accès privilégié aux bases de données et ses recherches de missions produisaient davantage de résultats que le site public. Au passage, n’avez-vous jamais eu envie de défenestrer votre machine devant le manque de clarté des intitulés ? Il m’a précisé que 80% des offres d’emploi en traduction s’adressent aux indépendants.

Quelques idées sans prétention à l’originalité ni à l’exhaustivité :

  1. S’inscrire aux sites spécialisés, comme ProZ par exemple : le terrain y est giboyeux. Cela dit, les groupes portant sur votre domaine de prédilection ne sont pas à négliger ! C’est en fréquentant un site de jeux vidéo que j’avais décroché un contrat salarié… et, simultanément, une proposition de mission freelance a atterri dans ma boîte à messages privés.
  2. Consulter des ressources généralistes sur l’emploi : j’avais reçu une offre via mon profil apec et il existe d’autres ressources assimilées ; une amie m’a glissé deux mots sur bobex. J’ai aussi trouvé ce site mais il m’inspire quelques doutes…
  3. Peaufiner sa présence sur internet : LinkedIn, Xing (ou aussi Facebook, Viadeo, MySpace…) et explorer les groupes thématiques où lorgnent les recruteurs à l’affût d’une belle prise – ou les agences en manque de bras.
  4. Cultiver votre réseau réel : autres traducteurs (et les manifestations, organismes, rencontres informelles où ils se retrouvent), anciens collègues, connaissances, relations indirectes…
  5. Adresser des candidatures spontanées par courrier, mél, fax dans les secteurs de votre spécialité ou auprès d’entreprises impliquées dans l’international (tourisme par exemple). Se lancer au culot, parfaitement !
  6. Quelques mots sur le bénévolat en traduction (ou autrement, pourquoi pas ?). Je n’ose le recommander sans y adjoindre une cuillerée de nuances. Si cet exercice permet de s’entretenir les neurones et la plume, de gagner en expérience de terrain et de présenter un travail de qualité sous un angle positif, je pense que nous sommes nombreux à avoir formulé ce constat peu réjouissant : les mentalités des interlocuteurs (y compris institutions, amis, collègues, copains d’un club quelconque) assimilent parfois « serviable » à « corvéable jusqu’au trognon« , à cette chausse-trappe près que dans un cadre humanitaire ou affectif, les fûtés vont jouer sur la corde sensible du traducteur pour lui arracher des prestations franchement exagérées. Certes, le bénévolat recèle maints avantages personnels, humains et professionnels ; néanmoins, ne gâchez pas cette superbe expérience et définissez votre stratégie – dont vos limites…
  7. Dans le petit monde des traducteurs, le bouche à oreille fonctionne du tonnerre : clients indélicats, agences véreuses, collègues médiocres, mais aussi bons plans, occasions de sous-traitance, expériences plaisantes, recommandations officieuses, offres de collaboration plus ou moins durable… Jadis, en flânant sur un forum sans rapport avec mon domaine, un acteur de l’édition qui se promenait dans le coin m’a confié une mission ; actuellement, des relations et des relations de relations me répercutent leurs échos… J’ai parfois entendu des clients m’interroger : « connaissez-vous des collègues qu’une mission similaire intéresserait ? » ou « si vous entendez parler de tel type de traducteur, n’oubliez pas de nous faire signe! ». Cette question fleurit également sur les lèvres de personnes voulant confier une mission à un profil particulier mais qui préfèrent s’en remettre à un tiers de confiance qui saura leur présenter le traducteur adéquat.

Débutants, prenez garde : les clients n’oublient jamais, jamais une mauvaise traduction. Si le morcif est trop coriace pour vos dents de lait, mieux vaut refuser que vous tailler une réputation regrettable.

Bonus :

Surfer pour piquer puis cuisiner à sa sauce de bonnes idées :
Lire absolument ce billet des plus instructifs sur le site nakedtranslations (à dévorer sans modération en général).
Consulter cette discussion sur ProZ.
(et bien d’autres !)

Ces pistes sont toutes à titre indicatif, évidemment. Il n’existe pas de recette miracle. A vous d’adapter votre stratégie selon votre profil, vos envies, vos trouvailles… (ne soyez pas timides, vous avez le droit de faire tourner ces dernières vers transtextuel at gmail point com😉 )

Enfin, concernant la tentation – bien compréhensible – d’adopter un job ne correspondant pas à votre profil, je me permets de citer une traductrice chevronnée rencontrée il y a bien des années lors d’un stage : « n’acceptez jamais, jamais, jamais de devenir secrétaire, même une seule fois pour boucler votre fin de mois. Ensuite, votre vie durant, on ne vous proposera que des postes similaires et vous aurez toutes les peines à remonter la pente pour retrouver le statut de traductrice. Si vous êtes en galère financière, mieux vaut faire des ménages qu’accepter du secrétariat! ».

Et n’allez pas vous saborder bêtement en laissant vos doigts déraper sur le Net

Remerciements : aux âmes charitables qui ont eu la gentillesse de me refiler leurs liens et à ceux qui écrivent des billets précieux sur l’emploi pour traducteurs.

Ajout : du bon usage de Twitter pour trouver un boulot.

6 commentaires pour Ouverture de la chasse au job : déployez vos filets

  1. Kamal dit :

    Salut Transtextuel,

    je vois que tu n’as pas parlé de sites comme http://www.progonline.com/ ou http://www.traducteurs.enligne-fr.com/experts.php qui sont aussi une source potentielle d’emploi non négligeable

  2. transtextuel dit :

    Coucou,

    Oui en effet. L’article ne se voulait pas exhaustif de toute façon. Je te remercie sincèrement de tes liens plus que bienvenus et j’encourage tout lecteur à signaler ses bons plans.

  3. […] : Quand je parlais de la valeur du bouche à oreille dans la traduction. A travers mes abonnements, voilà le genre de message que je lis et répercute […]

  4. learningbytranslating dit :

    Salut!
    Ton article est très intéressant!
    Thanks for the tips!🙂

  5. transtextuel dit :

    Je suis contente qu’il soit utile à autrui🙂 et je ne demande pas mieux qu’améliorer le contenu !

  6. […] un billet précédent, j’avais évoqué quelques moyens de dénicher un job. Depuis plusieurs mois, je pratique […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :