Traducteur freelance cherche son client charmant

Croustifondant billet de Laura Spencer sur ce site et traduction de mon cru. Je précise que son article évoque les relations avec les indépendants en général. Toutefois, dans le cadre de ce blog sur la traduction, je me permets une certaine liberté dans le titre.

***

Sauriez-vous dresser en 10 qualités le portrait du client charmant ? Savez-vous reconnaître les bons clients avant d’entamer une collaboration avec eux?

Inversons les rôles : si, vos activités se développant, vous souhaitez étendre votre réseau de prestataires, avez-vous l’étoffe du client idéal?

Manuel du client charmant, en 10 principes :

  1. Indiquez clairement vos attentes. Telle est la qualité primordiale du client charmant : savoir exprimer ses souhaits et besoins. N’espérez guère d’efficacité si vous taisez vos exigences précises : comment voudriez-vous que votre partenaire exécute une mission qu’on ne lui a pas décrite ?

  2. Fixez une échéance réaliste. Dans le microcosme des indépendants, les donneurs d’ouvrage voulant une prestation pour « avant-hier » sont légion. Or, bien souvent, cette précipitation mène à un travail truffé d’erreurs – à tel point qu’une correction laborieuse s’impose. En revanche, le client charmant comprend qu’un résultat de qualité réclame du temps, aussi s’organise-t-il en conséquence.

  3. Restez disponible pour les questions. Certes, la plupart des indépendants développent une solide autonomie ; toutefois, lorsque votre prestataire bute sur une difficulté inattendue, il est hautement frustrant d’avoir affaire à un donneur d’ouvrage injoignable. Un client intelligent sait bien qu’il est moins onéreux d’obtenir rapidement l’information voulue plutôt que reporter le règlement des problèmes, aussi s’arrange-t-il pour rester disponible.

  4. Versez une rémunération proportionnelle à la prestation. Il faut sauter sur les bons tuyaux – à moins que le tuyau ne soit crevé. Des tarifs au rabais se traduisent fréquemment par un résultat de qualité inférieure à la moyenne. Explication : quand un indépendant casse les prix, il doit alors accepter une surcharge de travail pour boucler ses fins de mois, quitte à sacrifier la qualité faute de temps.

  5. Honorez les échéances de paiement. Avant de confier la mission au prestataire, décidez ensemble d’échéances de paiement, puis respectez-les. Si vous déclarez que vous réglerez telle somme à tel stade d’achèvement du projet, assurez-vous d’agir comme promis. Ne mettez pas votre prestataire en position de quémandeur. Vous risquez de compromettre votre réputation professionnelle – voire votre dossier bancaire.

  6. Soyez intègre. Aucune relation professionnelle ne saurait faire fi de l’honnêteté. Appliquez-vous à cultiver la transparence dans toutes vos activités professionnelles. Cette qualité, qui vous rendra agréable en général, permettra surtout à votre entreprise de soigner son image de marque.

  7. Écoutez les suggestions de votre prestataire. Si vous avez engagé la personne adéquate, alors celle-ci dispose des compétences voulues pour traiter votre projet dans l’efficacité. Laissez-lui la parole en matière de suggestions. Ne tentez pas de circonscrire sans cesse ses aptitudes.

  8. Établissez un partenariat durable. Les clients avertis mesurent la valeur d’une relation de long terme. Ils évitent la perte de temps que constitue l’initiation d’un prestataire différent chaque fois qu’un nouveau projet se présente.

  9. Mentionnez le prestataire s’il le mérite. Bien entendu, citer votre partenaire en tant qu’auteur d’un produit ou d’un service n’est pas toujours réalisable ; toutefois, un client avisé sait reconnaître l’effort particulier ou le dévouement actif chez son prestataire.

  10. Respectez la volonté de qualité. Chez la plupart des indépendants, la fierté professionnelle se fonde sur la minutie que reflète leur prestation. Ils n’apprécient guère qu’un client leur demande de bâcler un projet.

***

Les critiques constructives sont terriblement bienvenues, je ne demande qu’à progresser.

Ah, un détail au passage. Saviez-vous que les traducteurs sont assimilés à des auteurs ? Le plagiat, c’est très facile, très vilain et ça peut rapporter gros… à votre victime. Aussi seriez-vous bien aimables, si vous diffusez ce texte, d’en indiquer l’auteur d’origine ainsi que la traducteuse.

Mille grâces.

Mise à jour avec le billet miroir :  « Client cherche son traducteur charmant : préludes éloquents« .

3 commentaires pour Traducteur freelance cherche son client charmant

  1. transtextuel dit :

    Mille grâces !
    Au fait, ce billet a été repris sur le site suivant, sait-on jamais, il y en que cela pourrait intéresser : http://www.motamot.com/index.php

  2. […] vous invite enfin à consulter ce billet portant sur les relations entre clientèle et […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :